Le voyage d'Ernest Astrimbal

Plus on pédale moins fort, moins on avance plus vite…en Amérique du Sud !

21

fév

2016

C’est dur l’ vélo !…(faut êt’ fou….) – Sonia 14/02/16

On pensait avoir surmonté déjà pas mal de galères…

 

Le poids des vélos : on ne la connaît pas exactement, mais c’est définitivement lourd ! A Bahia Bustamente il y avait une grosse balance pour peser les cargaisons d’algues emportées par les camions, j’ai oublié d’y passer les vélos pour répondre à cette question… Ce qui est certain c’est qu’à vide le poulpe pèse 25kg, le Schtroumpf 19kg et le solo 15kg.

A cela il faut ajouter les bagages : à l’aéroport on avait atteint pile notre quota de franchise bagage soit 23×2 (les 3 vélos constituant les autres bagages) + 8×5 de bagage à main, soit 86kg !

Auxquels s’additionnent la nourriture et l’eau que l’on transporte…..Le solo étant délesté au maximum, je vous laisse imaginer le poids des tandems ! Mes chers enfants sont très vaillants, mais quand ils ont un coup de fatigue, il faut avouer qu’on a le sentiment d’être au guidon d’un mastodonte !!!

« El viento Patagoníco » : le célèbre, le fameux qui nous a longuement fait hésiter sur le sens de notre circuit : Nord-Sud ou Sud-Nord pour avoir le vent dans le bon sens ??? Les témoignages de cyclo-randonneurs n’étaient pas très clairs à ce sujet…A l’usage, je crois que le vent dominant en Patagonie est surtout d’Ouest et qu’aussi la psychologie humaine est tellement faite qu’on ne peut pas oublier un vent contraire tandis qu’on s’accoutume si bien à un vent favorable qu’il peut presque se faire oublier ! Il m’est arrivé de faire demi-tour parce-qu’un objet était tombé, c’est alors seulement que j’ai constaté que mon ami le vent me donnait un sacré coup de pouce !

P1060660 (Copier) (Copier) P1060665 (Copier) (Copier) P1060668 (Copier) (Copier) P1060675 (Copier) (Copier)

 

Sur la route du glacier Perrito Moreno par contre, il a bien failli nous faire reculer, attendre l’accalmie…A l’attaque des montagnes au-dessus de Chile-Chico les bourrasques les plus véhémentes nous ont fait mettre pied à terre pour ne pas perdre l’équilibre. Même à la faveur de la descente vertigineuse qui pique ensuite vers le lac General Carrera, nous étions presque à l’arrêt !

DSC04930 - Copie - Copie (Copier) (Copier)

 

Le « Ripio » : parfois savamment élaborées d’un mélange de terre, de pierres et de graviers bien damé et tassé par le passage des engins, ces routes sont bien carrossables, mais si l’eau, le temps, le moins de soin à la conception ont créé de la taule ondulée ou des passages sableux ou gravillonneux, ça devient terrible ! Le mastodonte pèse 2 tonnes, il faut des bras de fer pour maintenir la direction et des cuisses de béton pour contrer l’enlisement ! Et attention aux dérapages en descente, la moindre inattention est fatale !

P1060769 (Copier) (Copier)

la joie de la poussière levée par le passage des véhicules

DSC04898 - Copie - Copie (Copier) (Copier)

Bon ripio

Une petite pensée pour les plus redoutables, desquels on a survécu…Celui bien sableux et interminable de la côte Sud de la Péninsule de Valdès, heureusement le ballet des baleines et  le ravissement du pédalage au crépuscule et à l’aurore laissent un souvenir plus rose que noir !

La palme du gravier le plus infernal je crois que je l’attribue au passage de la Caretera Austral après La Junta, certainement la préparation d’un chantier de goudronnage : la couche de gravier avait été posée rendant quasiment inroulable.

DSC05142 (Copier) (Copier)

Ripio de graviers!

Et puis un remerciement à Jérémy qui nous avait indiqué un « bon ripio » pour la route alternative du parc « Los Alerces » : je crois que certains passages méritent peut être la médaille de bronze !

 

Les cotes …Hou ça monte ! Hou c’est dur ! Au rang des plus mémorables le col après Villa Cerro Castillo (Sud de la Caretera) qui s’est terminé pour parfaire le tout par la pluie ; la montée en ripio après Puyuhuapi qu’on a fait en poussant les vélos ; et bien d’autres sur la Caretera…Mais je crois que sur ce chapitre, nous ne sommes pas encore au bout de nos peines ! (attend l’Altiplano !!…)

DSC04920 (Copier) (Copier)

Les insectes volants identifiés ou non : les taons de la route des « Siete Lagos » et autres moucherons, moustiques, abeilles …bref, les mouches du coche qui tentent le coup de nous faire oublier nos malheurs en en rajoutant un !

IMG_0270 (Copier)

Les lacs c’est beau mais ça attire les IVP (insectes volants piquants!)

IMG_0265 (Copier)

Et bien nous expérimentons maintenant une toute nouvelle galère : LA CHALEUR !

 

Dernièrement nous avons enchainé plusieurs séjours sans vélo avec transit en bus entre les villes : 10j à Pucón (Chile) chez Lorena, Peter et leurs 3 enfants, 5j à Santiago et Valparaiso chez Carolina, Matías et leurs 9 enfants ( !), 5j à Mendoza où nous avons retrouvé Adrian, Graciela et Leila et fait la connaissance du frère d’Adrian avec sa femme et leurs 2 filles…le plein d’échanges entre familles avec enfants, donc !

 

C’est avec plaisir que nous avons retrouvé nos vélos pour joindre La Rioja (au Nord de Mendoza) à Bélen…mais nous arrivons ici dans une des régions les plus chaudes et désertiques d’Argentine : bienvenue au pays des cactus !

DSC00497 (Copier) DSC00219 (Copier) DSC00211 (Copier) DSC00201 (Copier) DSC00730 (Copier) DSC00254 (Copier)

En journée la chaleur est écrasante, nous avons donc adopté un plan d’attaque en 3 temps : levé 5h15 pour un départ dès que pointe le jour, vers 11h-11h30 il devient très dur de rouler, on s’abrite alors au mieux en attendant que baisse le soleil : comme il y a très peu d’arbres, nous nous replions souvent sous les petits « ponts » (1m de haut) ménagés sous la route pour le passage des « rio » qui sont systématiquement à sec !

DSC00223 (Copier)

DSC00307 (Copier) DSC00548 (Copier)

Quand par chance on trouve une piscine, c’est le bonheur !!!

Vers 18h00 seulement on peut reprendre la route plus sereinement, jusqu’à 20h30, tombée de la nuit.

L’avantage du plan c’est qu’on se régale de levers et couchers de soleil…c’est dur l’vélo…mais on en redemande !

P1060924 (Copier) DSC00286 (Copier) DSC00275 (Copier)

 

Nous prenons conscience de combien jusqu’ici le climat a été clément : peu de froid (mis à part 1 ou 2 nuits frisquettes, en particulier vers Bahia Bustamente où l’eau avait gelé dans les gourdes et à El Chalten en montagne avec la neige), peu de très chaud et peu de pluie sauf sur la côte Pacifique du Chili (bon une journée mémorable abrités dans une étable sur la Carretera Austral !) mais sinon surtout un séjour « breton » chez Tommy et Lotta.

Jusqu’à présent donc, le calage de l’itinéraire pour bénéficier des saisons favorables se révèle pertinent !

17/02/16 : nous voilà maintenant près de Salta, le paysage verdi, il y a un peu plus d’air, espérons que ça dure un peu avant d’atteindre le désert du Sud Lipiez en Bolivie!…

DSC00340 (Copier)

Share this:

About Author

Cyril

 


6 Responses

  • claire

    Eh bien quels articles !!
    Trois d un coup et pas des moindres !!
    De la peine du courage des rencontres très chaleureuses qui effacent tous les malheurs et des ovations de la part des journalistes et de vos lecteurs !!
    C est super ce que vous nous offrez par votre magnifique expérience.
    J imaginé les journalistes les cameramen braqués sur nos valeureux explorateurs ! J imaginé Anais et Maia dans le studio allant chercher le film de l interview…quelle célébrité !!
    Maintenant il va falloir attaquer l altiplano. Mais de belles récompenses sont devant vous c est certain.
    Gonflez vous de mes bisous et de tous ceux qui vous suivent ! Gonflez vous de tous vos projets qui vous attendent encore et de tous les souvenirs que vous avez déjà accumulés. Et allez y !! 😊😊😃😂😁😀plus vous pédalez moins fort moins vous avancez plus vite au milieu des graviers des cactus et sous un soleil de plomb . Vivent les levers et les couchers de soleil. Je vous embrasse comme je vous aime 💓 💓 💓

  • Molinier Claude et Isabelle

    Je raffole des cactus mais vu le poids des bagages, ne vous sentez pas obligés de m’en rapporter un. (je les aime le plus grand possible: haut, avec des branches. Et des fleurs).
    Gros bisous à tous d’une ville moche sans lever ni coucher de soleil.

    • Cyril

      Salut Claude et Isabelle!
      Pour le cactus on va y réfléchir mais ça risque d’être difficile!
      Merci de votre message. Par contre je ne comprends pas pourquoi vous parlez d’une ville moche sans lever ni coucher de soleil : il y en a toujours un quelque part, il faut chercher 😉
      Bises, Sonia & Co

  • Annie DURAND

    La chaleur,le poids des chargements,le vent,les côtes et l’etat des routes….tous les ingrédients pour un voyage épuisant, heureusement il y a des bons moments,les piscines, helas trop rares doivent vous faire beaucoup de bien,ne vous fixez pas d’objectif trop ambitieux, je m’inquiète pour mes 3 poussins qui doivent être crevés par tous ces déplacements, on veut vous voir revenir en bon etat pour nous raconter tout ça et que ce formidable voyage continue dans de bonnes conditions, pour apprécier de nouvelles rencontres mille bisous je vous aime tres tres fort

  • familia mesas

    hola gente vemos que estan disfrutando del viaje y eso nos da aegria..
    aca estamos mirando la pelicula que vimos con ustedes y nos acordabamos de su estadia en casa.
    espero sigan disfrutando de cada dia de su viaje…
    aca nico lucas noah sofi manu y nosotros nos acordamos siempre de ustedes..
    sigan viajando… besos enormes desde Barioche…

  • Bertrand - Bazé

    Comme dit Claire, quel article !
    C’est super, ça nous fait vraiment partager les dures réalités de votre trip…
    Ce WE, c’était les 60 ans de Pierro. Il avait fait les choses en grand : 3 jours de partage, bonne humeur, bon gîte, grand vent => les randos furent courtes, mais dépaysantes.
    Certaines avaient envie de renoncer, par peur du vent😣
    En fin de séjour: Petites prolongations pour les retraités
    Et donc le dimanche soir dans le gîte, vous auriez du voire Claire faire la lecture du blog et en particulier de cet article…
    8 personnes, plutôt bons routards eux mêmes… Les commentaires allaient bon train 😊
    Bref, la lecture partagée d’Ernest, c’est bien aussi 😊 😉💚

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>